Chris Bourgue
Chris Bourgue

Les Auguste

 

Mon vrai départ dans la peinture s’est effectué quand j’ai décidé d’utiliser – pour les faire revivre – les initiales brodées des draps de ma famille. Je ne voulais pas que ces lourdes étoffes de lin au parfum de lavande serrées dans l’armoire de noyer ne deviennent un jour de vulgaires chiffons. Une façon pour moi de ne pas oublier Esprit Escursan, Lucien Genevoix et Auguste Briand. Eulalie et Lucienne, ma Lulu ; ces draps sur lesquels ils ont joui ou pleuré. Une façon de ne pas « casser le fil », ce fil d’Ariane qui me guide et me fait ce que je suis. A, comme Auguste, mon grand-père. La première lettre de l'alphabet. Un balbutiement dans les limbes. Un fil de reconnaissance brodant des pistes et des récits dans les toiles et sur les routes dans les éclats du temps.

 

                                                                                                                                           (à partir de 1997)

 

(acrylique, papiers, empreintes de plâtre - 40x40 cm)